De la visite du Lac-St-Jean pour les grévistes de Galvano à Beloeil

La solidarité déborde de la région de la Montérégie

Publié : 09/09/2019

La solidarité envers les 35 grévistes de Galvano prend de l’ampleur. Aujourd’hui, des syndiqués de l’aluminerie d’Alma au Saguenay-Lac-St-Jean font plus de 5 heures de route pour rendre visite vers 13 h aux grévistes de Galvano à Beloeil. Les 35 métallos de l’usine de transformation métallique appartenant au groupe américain Heico sont à la rue depuis deux mois aujourd’hui.

« C’est important pour nous d’encourager les travailleurs de Galvano en personne et de leur apporter un soutien. Nous ajoutons notre pierre à plusieurs qui l’ont déjà fait et on espère que la roue va continuer de tourner et qu’encore plus de travailleurs les soutiendront. Quand un de nous se bat, c’est important qu’on fasse tous un bout de chemin pour le soutenir », explique le président du Syndicat des travailleurs de l’aluminium d’Alma (section locale 9490 des Métallos), Alexandre Fréchette.

Les syndiqués de l’aluminerie d’Alma ont vécu un dur conflit de travail de 6 mois en 2012. « La solidarité des Métallos et même d’autres syndicats a fait la différence dans notre conflit, nous a aidé à passer au travers et à ne pas rentrer à genoux. Nous sommes heureux de faire de même pour les groupes qui font des sacrifices aujourd’hui pour avoir de bonnes conditions de travail et se faire respecter », poursuit Alexandre Fréchette, qui a présenté un don de 5000 $ aux lockoutés, promettant de revenir si le conflit devait se poursuivre.

Cela s’ajoute aux nombreuses sections locales qui ont déjà apporté leur soutien, notamment en provenance du secteur de l’acier en Montérégie, des syndiqués de Lafarge à Saint-Constant, d’une usine sœur du groupe Heico située en Ontario, des syndiqués de Mine Matagami et de plusieurs autres.

« Nous sommes surpris de l’appui reçu de plusieurs groupes. C’est impressionnant de voir des travailleurs, des syndiqués comme nous, partir du Lac St-Jean pour venir nous encourager. C’est fort les métallos. Ces appuis de partout nous donnent du gaz », fait valoir le président de l’unité syndicale Galvano, François Noiseux, membre de la section locale 9414-75 des Métallos.

Après des années de compromis alors que la compagnie était en difficulté financière, les syndiqués de Galvano ont décidé de mettre leur pied à terre et d’exiger leur juste part du succès de l’entreprise. Les négociations achoppent principalement sur les salaires et les horaires de travail.