Fin des procédures juridiques pour les Tim Hortons de Sept-Îles

Les travailleurs imposent le respect

Publié : 06/04/2018

Sept-Îles, vendredi le 6 avril 2018 –  Après plus de trois ans de mesures dilatoires de la part de l’employeur pour ralentir le processus de négociation menant à une première convention collective, les travailleuses et travailleurs des quatre Tim Hortons de Sept-Îles arrivent à la toute fin des procédures juridiques et pourront enfin bénéficier d’un premier contrat de travail.

« Nous tenons à remercier la population de Sept-Îles pour son appui », déclare le représentant syndical Gilles Ayotte. « C’est la fin d’une longue saga et le début d’une nouvelle relation entre employeur et employés, basée sur le respect, l’équité ainsi qu’un traitement adéquat ».

La détermination de ces 80 membres de la section locale 7065, dont les femmes forment une majorité, est à saluer selon Gilles Ayotte. « Nos membres ont fait preuve d’un courage et d’une patience exemplaires en tenant tête à un géant du secteur du début à la fin ».

Rappelons que le Syndicat des Métallos a obtenu, en février 2015, une certification d’accréditation syndicale pour les employés de ces quatre restaurants Tim Hortons. Or, l’employeur a utilisé plusieurs stratagèmes pour ralentir la négociation en vue d’une première convention collective, qui doit légalement survenir dans la première année suivant une accréditation. Les procédures de l’employeur ont entre autres mené à une conciliation avant d’aboutir inévitablement à une procédure d’arbitrage... qui aura duré un an et demi !

Ces procédures prendront fin lors d’audiences publiques à  l'Hôtel des gouverneurs de Sept-Îles, du 9 au 11 avril. Le Syndicat des Métallos invite la population à venir saluer par leur présence à ces audiences les employés des Tim Hortons pour leur courage et leur détermination.

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le syndicat le plus important du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.