Le lockout chez ABI a fait perdre jusqu'ici
- $ à Hydro-Québec
Tous les Québécois paient pour cela.
Le syndicat veut négocier.
Mais le compteur tourne....

Clôture de la 54e assemblée annuelle du Syndicat des Métallos

Force, solidarité, respect

Publié : 23/11/2018

La Malbaie, vendredi le 23 novembre 2018 –  La 54e assemblée annuelle du Syndicat des Métallos prend fin ce matin à La Malbaie. Elle réunit plus de 400 travailleurs de partout au Québec sur le thème « Force, solidarité, respect ». Le directeur québécois Alain Croteau rencontrera les médias après l’assemblée vers 12 h.

Les délégués ont pu entendre une conférence de John Parisella sur l’accord de libre-échange États‑Unis-Mexique-Canada et discuter des tarifs sur l’acier et l’aluminium. « Les délégués ont réitéré l’importance de lever les tarifs sur l’acier et l’aluminium pour vrai préalablement à une éventuelle signature. Il ne peut parler de libre-échange si ces tarifs injustes sont maintenus », a plaidé le directeur québécois des Métallos.

Au cours de la semaine, des lockoutés de l’Aluminerie de Bécancour à la rue depuis plus de 10 mois sont venus rencontrer les délégués. Une vague de solidarité a déferlé sur eux, les sections locales participant au congrès ont annoncé des dons de l’ordre de 165 000 $, qui s’ajoutent pour plusieurs à des contributions récurrentes.

Les délégués ont résolu de demander qu’un lockout dans une aluminerie ne puisse plus être considéré comme un cas de force majeure, ce qui permet aux multinationales de l’aluminium de se soustraire à leurs obligations. « Le lockout a coûté aux Québécois presque 200 millions jusqu’à présent. Québec doit corriger ces contrats injustes qui déséquilibrent les rapports de force », a fait valoir le directeur québécois des Métallos, invitant les métallos à participer à la manifestation de mercredi prochain devant le siège social d’Hydro-Québec.

L’assemblée a par ailleurs donné le ton des revendications des prochaines années en demandant que les mesures de prévention prévues dans la Loi sur la santé et la sécurité du travail s’appliquent enfin à l’ensemble des milieux de travail. Pour l’heure, seulement 16 % des travailleurs sont couverts par les dispositions sur la prévention en santé et sécurité.

« On a gagné la bataille des clauses orphelin discriminatoires pour les nouveaux travailleurs cette année, grâce à l’engagement des militants et militantes syndicaux. Notre prochaine grande bataille, ce sera pour que la prévention en santé et sécurité se fasse dans tous les milieux de travail, et ce, avec les représentants des travailleurs. Qu’on soit employeur ou travailleur, tout le monde a intérêt à ce qu’on prévienne mieux les accidents, les maladies professionnelles. Il est temps que les règlements le reflètent », a ajouté Alain Croteau.

Les Métallos ont aussi promis de maintenir la pression sur le gouvernement fédéral pour que la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies protège mieux les retraités et les anciens travailleurs. Pour l’heure, lorsqu’un régime de retraite est déficitaire et qu’une entreprise fait faillite, les travailleurs et les retraités n’ont que des miettes, une fois que les banquiers sont passés.