Impasse dans les négos chez Aramark à la minière IOC de Sept-Îles

Publié : 18/11/2019

Sept-Îles, le lundi 18 novembre 2019 – La vingtaine de syndiqués qui travaillent pour Aramark à la minière IOC de Sept-Îles s’est dotée, dans une proportion de 100 %, d’un vote de grève à déclencher au moment jugé opportun. Un seul point est en litige dans cette négociation en pleine impasse : les salaires.

« Nos membres sont à l’emploi d’un sous-traitant d’IOC et effectuent l’entretien du site de la minière à Sept-Îles en plus d’exécuter des tâches de journaliers. Ils réclament un rattrapage salarial qui tient compte du contexte régional de pénurie de main-d’œuvre et du milieu industriel où ils travaillent », explique le coordonnateur des Métallos pour la Côte-Nord, Nicolas Lapierre.

En plein cœur de la pénurie de main-d’œuvre qui s’installe au Québec, soulignons que les salaires horaires au Québec étaient de 4,6 % supérieurs en septembre 2019 comparativement à septembre 2018, selon les récentes données de l’Institut de la statistique du Québec.

« L’employeur devrait pourtant être sensible à nos demandes, alors que le taux de roulement de personnel est très élevé. Une chose est certaine, nos membres sont déterminés à obtenir un réel rattrapage salarial », fait valoir Nicolas Lapierre.