Les agents de contrôle réclament de meilleures conditions de travail et du respect de la part du gouvernement fédéral

Publié : 20/06/2022

Montréal, Québec, Ottawa, le lundi 20 juin 2022 – Ce matin, les agents de contrôle membres du Syndicat des Métallos dans plusieurs aéroports à travers le Canada, dont ceux de Montréal, Québec ainsi que des aéroports régionaux du Québec, portent des « jeans » plutôt que leur uniforme. Ils protestent ainsi contre leurs mauvaises conditions de travail, les salaires trop bas et le manque de respect dont fait preuve le gouvernement fédéral à leur égard, et ce, depuis plusieurs années.

« Les agents de contrôle sont soumis à beaucoup de stress et un niveau de demandes considérables, particulièrement dans le contexte de la pandémie et de la reprise des voyages. Mais ils sont sous-payés et sous-estimés par le gouvernement fédéral. La pénurie de personnel fait rage et il faut même demander à des agents de contrôle de Montréal ou des Maritimes de venir assumer des quarts de travail à Québec à cause du manque de personnel », fait valoir le représentant syndical des Métallos, Hugues Villeneuve.

« Nos membres ne perturberont pas le service, mais ils ont bien l’intention de se faire voir et entendre, pour que des solutions soient enfin apportées à leurs conditions de travail », ajoute Hugues Villeneuve. 

Les agents de contrôle de nombreux aéroports au pays, membres du Syndicat des Métallos, négocient actuellement de nouvelles conventions collectives.

« Le gouvernement fédéral cherche actuellement à résoudre le problème des longs délais aux aéroports, mais il n’offre toujours pas le financement qui permettrait de garantir aux agents de contrôle les salaires, les conditions de travail et le respect qu’ils méritent. Le temps est venu pour le gouvernement fédéral de fournir le financement nécessaire et de donner à l’ACSTA de mieux traiter son personnel », insiste le directeur canadien des Métallos, Marty Warren, qui représente des milliers d’agents de contrôle à plusieurs aéroports au pays.  

Le roulement du personnel est important. « Les conditions sont telles que de nombreux agents de contrôle quittent leur emploi pour trouver du travail mieux rémunéré, mieux payé et moins stressant. Cela entraîne la pénurie de personnel que l’on connaît, ce qui se répercute sur les voyageurs, avec des délais inacceptables », explique Hugues Villeneuve.

Précisons que ce « lundi décontracté » des agents de contrôle ne perturbera aucunement les services.

Les agents de contrôle aéroportuaire au Canada travaillent pour une des trois multinationales de sécurité privées. Ces entreprises sont supervisées et financées par le gouvernement fédéral, par l’entremise de sa société de la Couronne, l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA).

« Le système que le gouvernement fédéral a mis en place, par l’intermédiaire de l’ACSTA, rapporte d’importants profits aux entreprises de sécurité, mais on répond aux agents de contrôle aux premières lignes qu’il n’y a pas suffisamment d’argent pour améliorer leur salaire et leurs conditions de travail. Cela doit cesser », dit Marty Warren.

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le plus important syndicat du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.