Manifestation à l’assemblée des actionnaires du Fonds de revenu Noranda

Les Métallos annoncent une campagne mondiale contre Glencore

Publié : 28/04/2017

Toronto, le vendredi 28 avril 2017 – Le Syndicat des Métallos lance une campagne mondiale contre l’entreprise Glencore et le Fonds de revenu Noranda pour aider à dénouer la grève qui perdure depuis trois mois à l’affinerie CEZinc à Salaberry-de-Valleyfield, à l’ouest de Montréal. Le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau, en a fait l’annonce ce matin lors d’une manifestation devant la Bourse de Toronto, où se tenait l’assemblée annuelle des actionnaires du Fonds de revenu Noranda, dont Glencore est un des principaux actionnaires.

« Les grévistes sont venus jusqu’à Toronto pour s’adresser aux actionnaires du Fonds de revenu Noranda. Et nous irons maintenant jusqu’en Suisse pour se faire entendre à l’assemblée des actionnaires de Glencore. Nous prendrons aussi contact avec des syndicats de Glencore sur la planète. Cette compagnie doit prendre au sérieux les travailleurs qui font sa richesse », a annoncé le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau, devant plus de 200 syndicalistes, dont plusieurs sont partis en pleine nuit de la région de Montréal.

La présidente de la section locale 6486 des Métallos, Manon Castonguay, est entrée dans l’assemblée des actionnaires avec une procuration accordée par un détenteur d’actions. « Les actionnaires et les grévistes ont des intérêts en commun. Les actionnaires ont acheté des parts avec la promesse de recevoir des dividendes, elles sont suspendues depuis janvier dernier et jusqu’à nouvel ordre. De notre côté, nous nous privons de salaire pour maintenir nos conditions de travail et de retraite. On comprend la volonté de réaliser des économies. Nous sommes même prêts à trouver des solutions, mais les dirigeants ont fait la sourde oreille. Les actionnaires doivent joindre leur voix à la nôtre pour inciter le conseil d’administration à reprendre les négociations en faisant preuve d’ouverture », a fait valoir la présidente représentant les 371 grévistes.

Tout juste avant d’entrer à l’assemblée, elle avait pris la parole devant les grévistes et les manifestants métallos sur le parvis de l’édifice de la bourse. « Nous ne reculerons pas. Nous sommes déterminés à ne pas sacrifier le régime de retraite de nos membres et des prochaines générations. Ensemble on peut repartir cette usine et recommencer à y générer des profits appréciables. Mais ça ne se fera pas en nous mettant à genoux. Pas de recul sur nos retraites! », a scandé Manon Castonguay.

Le directeur du District 6, Marty Warren, a salué la venue des grévistes québécois et le lancement d’une campagne mondiale. « Cette capacité que nous avons comme organisation à traiter d’égal à égal avec des multinationales fait notre force. Nous serons à vos côtés dans cette bataille », a fait valoir le directeur des Métallos pour le District 6 (Ontario et provinces maritimes), Marty Warren.

La présidente du Conseil des Métallos de la région de Toronto, Carolyn Egan, était aussi de la manifestation. « Votre bataille est juste. Notre solidarité, c’est ce que nous avons de plus fort, nous les syndicalistes. Courage, vous tiendrez le jour de plus », a fait valoir la syndicaliste de Toronto.

Les manifestants ont poursuivi leur journée en assistant à une vigile soulignant le Jour de deuil des accidentés du travail, derrière l’Hôtel de ville de Toronto.

Les 371 travailleurs de l’entreprise CEZinc à Salaberry-de-Valleyfield, à l’ouest de Montréal, sont en grève depuis près de trois mois, principalement pour préserver leur régime de retraite qui est pourtant en excellente santé financière. L’entreprise CEZinc est une propriété du Fonds de revenu Noranda dans lequel Glencore détient 25 % des parts.