Les tarifs injustes sur l’acier et l’aluminium nuiront aux économies et aux travailleurs dans les deux pays

Publié : 31/05/2018

Montréal, Toronto, le jeudi 31 mai 2018 – Que ce soit au plan économique ou sur celui de la sécurité nationale, rien ne justifie l’imposition par les États-Unis de tarifs sur l’acier et l’aluminium provenant du Canada, fait valoir le Syndicat des Métallos, qui représente des dizaines de milliers de travailleurs des secteurs de l’acier et de l’aluminium tant au Canada qu’aux États-Unis.

« Le Canada a toujours été exempté de tels tarifs par le passé parce que rien ne justifie le recours à une telle mesure, tant au chapitre de l’économie que de la sécurité nationale. L’acier et l’aluminium canadiens n’ont rien à voir avec le problème qui préoccupe l’administration américaine, ils ne font pas partie du problème. Imposer ainsi des tarifs à l’acier et l’aluminium canadien risque de nuire aux économies et aux travailleurs des États-Unis et du Canada », fait valoir le directeur canadien des Métallos, Ken Neumann.

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a annoncé aujourd’hui que l’administration Trump imposera dès demain des tarifs douaniers de 25 % sur les exportations d’acier canadien et de 10% sur celles d’aluminium.

Les dirigeants du Syndicat des Métallos des deux côtés de la frontière avaient fait des représentations pour éviter de tels tarifs, menant à une exemption temporaire pour les producteurs canadiens. « Le Canada n’est pas le problème. La décision de retirer le Canada de la liste des exemptions est inacceptable, elle remet sérieusement en question la conception et l'orientation de la politique commerciale de l'administration Trump », fait valoir le président international du Syndicat des Métallos, Leo W. Gerard.

« Cette décision fait fi de la nature équitable des échanges commerciaux d’acier et d’aluminium entre le Canada et les États-Unis. Elle passe outre à la volonté du gouvernement Canadien de renforcer ses lois et la coopération avec les États-Unis pour combattre les pratiques commerciales déloyales menées par d’autres pays », poursuit Leo W. Gerard.

« Ces nouveaux tarifs douaniers destinés aux producteurs canadiens d’acier et d’aluminium sont intenables pour l’économie américaine, laquelle a besoin de notre aluminium et de notre acier. « Nos industries manufacturières sont fortement interreliées et ça profite aux travailleurs des deux pays. Ces tarifs injustifiés entraîneront des répercussions économiques de chaque côté de la frontière », souligne le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau.  

« Le Canada et les États-Unis doivent se concentrer sur les pays ayant des pratiques commerciales prédatrices et destructrices qui nuisent aux industries et aux emplois dans nos deux pays comme la Chine, l’Égypte, l’Inde, la Malaisie, la Corée, la Russie, la Turquie et le Vietnam », déclare Marty Warren, directeur des Métallos pour l’Ontario et l’Atlantique.

« Le Canada n’est pas un mauvais joueur. Rien ne justifiait par le passé d’imposer des tarifs douaniers sur les importations canadiennes d’acier et d’aluminium », affirme Marty Warren. « Il n’y a pas plus de raisons pour le faire aujourd’hui. » 

« Même la preuve réunie par l’administration américaine montre que le Canada est un partenaire commercial fiable et équitable et ne constitue pas une menace pour la sécurité nationale aux États-Unis », a déclaré Stephen Hunt, directeur des Métallos pour l’Ouest canadien.

 Le Syndicat des Métallos demande au gouvernement canadien de réagir fermement à l’annonce de ces tarifs douaniers par les États-Unis et de défendre vigoureusement les industries canadiennes de l’aluminium et de l’acier. 

« Le gouvernement du Canada doit prendre tous les moyens à sa disposition pour défendre un système d’échange commercial équitable pour nos deux pays ainsi que défendre les dizaines de milliers de familles canadiennes dont les moyens de subsistance dépendent des secteurs de l’aluminium et de l’acier. », a mentionné Ken Neumann.