Faillite de BCIA

Les travailleurs tournent la page sur une triste saga

Publié : 27/05/2010

Montréal, le 27 mai 2010 – Les quelque 800 agents de sécurité qui ont été à l’emploi de BCIA au cours des dernières semaines accueillent avec un mélange de soulagement et de colère la faillite de l’entreprise.

«Au-delà de la colère envers un employeur pour qui ils ont carrément fait du bénévolat pendant plusieurs semaines et qui a empoché l’argent de leurs assurances, ils sentent un certain soulagement. Ils pourront recevoir une partie de ce que BCIA leur doit, soit les 3200 $ garantis par le gouvernement en vertu du programme de protection des salariés», a fait valoir le représentant syndical Dominic Lemieux, qui était présent à l’assemblée des créanciers avec en poche les procurations de plusieurs centaines de travailleurs, créanciers de BCIA.Ce dernier a été désigné comme inspecteur du processus de faillite, il s’assurera que les membres de la section locale 8922 du Syndicat des Métallos obtiennent le montant maximal auquel ils ont droit. Rappelons que BCIA devait en moyenne 3000 $ à chacun de ses travailleurs, sans compter les sommes de 350 000 $ en cotisations syndicales et en primes d’assurances collectives prélevées sur les payes des agents qu’il a empochées plutôt que de les verser au syndicat. Le Syndicat des Métallos est le plus important syndicat du secteur privé au Québec, avec ses 60 000 membres. Il représente notamment 12 000 agents de sécurité.