Longueuil doit agir de façon responsable et ne pas faire plonger une entreprise en faillite

Des syndiqués de Mométal manifestent devant l’hôtel de ville de Longueuil

Publié : 07/05/2019

Longueuil, mardi le 7 mai 2019 – Quelques dizaines de syndiqués de l’entreprise de fabrication de structures d’acier Mométal de Varennes manifestent aujourd’hui à 14 h 30 devant l’hôtel de ville de Longueuil. Leur employeur se retrouve dans une situation financière délicate alors que la Ville de Longueuil refuse de payer pour une structure d’acier réalisée par Mométal, ce qui correspond à une facture de 3 millions.

Les portes de l’entreprise étaient fermées la semaine dernière, Mométal n’ayant pas les liquidités pour payer les 140 travailleurs, dont 73 syndiqués métallos membres de la section locale 9414.

Mométal avait été mandatée par le groupe construction TNT à titre de sous-traitant afin de réaliser une structure métallique pour le remplacement de la passerelle située au-dessus de l’autoroute 132, arrachée par un camion en 2015. Or, la Ville de Longueuil refuse de payer pour la structure, dont l’ouvrage a pourtant été livré depuis septembre 2018 après des ajustements demandés par la Ville.

« Nos membres se retrouvent pris dans un litige entre une autre entreprise et la Ville… Ça n’a aucun sens de laisser un fleuron de la construction en structure d’acier dans une situation si précaire alors que la Ville de Longueuil a la possibilité de régler la situation en payant simplement pour la structure », fait valoir le vice-président de la section locale 9414, Dave Brodeur.

Les représentants du Syndicat des Métallos ont d’ailleurs sollicité une rencontre avec l’administration municipale afin de trouver une solution réaliste pour dénouer cette impasse. « Nous comprenons que des procédures légales pourront être entamées ultérieurement de part et d’autre. Nous sommes cependant convaincus qu’il y a moyen d’effectuer un versement pour la structure qui a bel et bien été livrée, sans admission quant au fond du dossier, afin d’éviter une situation encore plus grave, soit la perte de 140 emplois », souligne le représentant syndical Guy Gaudette.