Mandat de grève pour les débardeurs du Port de Sept-Îles

Publié : 26/02/2019

Sept-Îles, le mardi 26 février 2019 – Réunis en assemblée cet après-midi, les débardeurs du Port de Sept-Îles ont donné à leur comité de négociation un mandat de grève à l’unanimité, à exercer au moment jugé opportun. Les 80 débardeurs membres de la section locale 2015 effectuent principalement le chargement et le déchargement de marchandises pour les alumineries et les autres industries de la région.

Les négociations actuelles se déroulent avec l’employeur Arrimage Québec QSL. Le résultat de ces négociations pourrait cependant être transposé pour l’ensemble des donneurs d’ouvrage dans le port de Sept-Îles dont les travailleurs sont représentés par les Métallos. « Ça fait un an que les négociations sont entamées avec l’employeur, mais rien ne bouge. Les propositions salariales ne permettent même pas de suivre le coût de la vie, poussant l’odieux jusqu’à vouloir geler les  salaires la première année. L’employeur refuse d’investir dans le régime de retraite des travailleurs », déplore le représentant syndical des Métallos, Yves-Aimé Boulay.

Maintenant que le vote est pris, le processus de conciliation s’amorce dans ce milieu de travail de juridiction fédérale. Le droit de grève pourrait être effectivement mis en application dans quelques semaines, une fois le rapport du conciliateur déposé. « Nous espérons que la négociation reprenne entre-temps. Mais nos membres sont déterminés à prendre les moyens pour se faire respecter. Pendant les années de vache maigre, avec le ralentissement économique qu’a subi la région, les débardeurs ont fait des concessions. Maintenant que les beaux jours reviennent, les débardeurs veulent faire partie de la relance du port, avec un bon contrat de travail », fait valoir le président de la section locale 2015, Denis Thériault.