Pratiques antisyndicales à l’organisme Diogène suivi communautaire

Le syndicat demande l’arbitrage d’une première convention collective

Publié : 28/03/2021

Montréal, le lundi 29 mars 2021 Devant le piétinement des négociations depuis 10 mois et la stratégie à peine voilée à l’organisme Diogène suivi communautaire pour entraver la syndicalisation des intervenantes et intervenants, le Syndicat des Métallos s’est résigné à déposer vendredi dernier une demande d’arbitrage de première convention collective.

Cette disposition prévue par le Code du travail permet l’arbitrage d’une première convention collective après une négociation et une tentative de conciliation infructueuse. « En pleine pandémie, la direction de Diogène priorise la lutte à la syndicalisation plutôt que le service à des bénéficiaires particulièrement vulnérables. Alors que les besoins sont criants, l’employeur a mis à pied une salariée et refuse de remplacer les travailleurs absents, faisant fondre les équipes qui évaluaient les besoins des bénéficiaires avant la syndicalisation. C’est clairement une tentative de contrer la syndicalisation en affaiblissant les services de première ligne », déplore le coordonnateur des Métallos pour la région de Montréal, Pierre Arseneau.

Au cours de la dernière année, le Syndicat a dû multiplier les recours légaux contre les pratiques antisyndicales. Six plaintes ont été déposées, notamment pour congédiement déguisé, modification illégale des conditions de travail après la syndicalisation, ingérence dans les affaires du Syndicat et mesures disciplinaires injustifiées.

L’attitude de la direction tranche avec les valeurs sociales du milieu communautaire. « Il est désolant de voir ainsi la direction se retrancher dans une gestion autoritaire et exercer des représailles. Nous avons d’ailleurs tendu la main à la table de négociations pour mettre en place un principe de gestion participative, comme c’est en vigueur dans plusieurs organismes communautaire syndiqués. Ce principe a complètement été écarté par l’équipe de négociation patronale », souligne Pierre Arseneau.

Les Métallos demandent maintenant un arbitrage de première convention collective, dans l’espoir que la direction en vienne à composer plus harmonieusement avec la présence d’un syndicat. « Nos membres sont des personnes dévouées, qui ont à cœur la mission de l’organisme. Ça n’a pas changé parce qu’elles et ils ont souhaité se syndiquer. On espère qu’avec le temps, la direction de l’organisme acceptera la démarche des salariés et collaborera avec ces derniers. Une première convention collective aidera à passer le cap et qu’on retrouve un climat plus serein », conclut Pierre Arseneau.

L’organisme Diogène suivi communautaire vient en aide aux personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale associés à la judiciarisation et/ou l’itinérance.