Le lockout chez ABI a fait perdre jusqu'ici
- $ à Hydro-Québec
Tous les Québécois paient pour cela.
Le syndicat veut négocier.
Mais le compteur tourne....

Un an de lockout

Rassemblement devant le bureau du député de Nicolet-Bécancour

Publié : 08/01/2019

Trois-Rivières, mardi le 8 janvier 2019 – Des lockoutés se rassembleront vendredi à 14 h devant le bureau du député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, 12 mois après le déclenchement du lockout le 11 janvier 2018. La section locale 9700 invite tous les maires de la région ainsi que les députés, dont Donald Martel, à venir s’adresser aux lockoutés qui seront présents.

« L’ensemble de la région et même du Québec est affecté par le lockout qui s’éternise. Nous invitons donc les élus à venir se prononcer au sujet du conflit. La compagnie prend en otage les 1030 familles, affecte l’économie de la région et fait payer la note à Hydro-Québec et l’ensemble des Québécois », lance le président de la section locale 9700, Clément Masse.

À ce jour, le lockout a fait perdre plus de 215 millions à Hydro-Québec, parce que le lockout est considéré comme un cas de force majeure, ce qui permet à ABI de se soustraire à ses obligations et de ne pas payer pour l’ensemble du bloc d’électricité qui lui est réservé.

Rassemblement des lockoutés

Devant le bureau de circonscription du député Donald Martel

Vendredi le 11 janvier, à 14 h

625, avenue Godefroy
Bureau 202
Bécancour (Québec)  G9H 1S3

Les 1030 syndiqués de l’Aluminerie de Bécancour ont été mis en lockout le 11 janvier 2018 par Alcoa et Rio Tinto. Les négociations achoppaient sur le financement du régime de retraite et le respect de l’ancienneté dans les mouvements de main-d’œuvre. Alors qu’une entente négociée était possible, l’employeur a plutôt choisi de décréter un lockout.