Ancienne usine Fabnor

Recours juridique des Métallos contre Normec industries

Publié : 08/07/2019

Sept-Îles, le lundi 8 juillet 2019 — Devant le refus éhonté de Normec industries, repreneur de l’usine de pièces mécanosoudées Fabnor, de reconnaître le syndicat et de rappeler dans les plus brefs délais une soixantaine de travailleurs au bercail, le Syndicat des Métallos annonce qu’il entame des recours juridiques contre l’entreprise afin de faire respecter l’accréditation syndicale.

Fabnor a fait faillite en mars 2017. Or, la reprise par un tiers après liquidation n’a pas conduit alors à la réouverture de l’usine. Plus récemment, quatre investisseurs s’en sont portés acquéreurs et procèdent à l’heure actuelle à des affichages de poste et des embauches sans toutefois rappeler les travailleurs syndiqués de Fabnor ni reconnaître officiellement le syndicat.

« C’est inacceptable et c’est une honte pour la région, déjà en proie à une pénurie de main‑d’œuvre », lance Nicolas Lapierre, coordonnateur des Métallos pour la région de la Côte‑Nord, de la Gaspésie, du Bas-Saint-Laurent et des Îles-de-la-Madeleine. L’accréditation doit suivre le nouvel employeur et ce dernier refuse toujours de collaborer en ce sens. Il y a pourtant une soixantaine de travailleurs qui à l’heure actuelle attendent d’être rappelés. Nous demandons à Normec de se comporter en bon citoyen corporatif et de les rappeler au travail avant de procéder à de nouvelles embauches. »

« Parmi les travailleurs bénéficiant d’un droit de rappel, il y a des gens qui ont 25 ans d’ancienneté et qui ont droit à 5 semaines de vacances », ajoute Nelson Breton, président de la section locale 7065. « Qu’est-ce qui se cache derrière le refus de Normec d’autoriser la requête conjointe en transmission? La compagnie cherche-t-elle un bénéfice par l’abandon des droits de ses propres travailleurs au profit de travailleurs venant de l’extérieur de la région? Il n’en est pas question. Nous suivrons Normec à la trace! »