Tournée de la direction des Métallos à Chibougamau et Chapais

Maintenir la pression pour une levée des tarifs sur le bois-d’oeuvre

Publié : 16/09/2020

Chibougamau et Chapais, le mercredi 16 septembre 2020 –  De passage à Chibougamau et Chapais, le nouveau directeur québécois des Métallos, Dominic Lemieux, s’engage à poursuivre les représentations pour en faveur d’une levée des droits compensateurs sur le bois-d’œuvre.

Le 24 août dernier, l’OMC a statué que les droits compensateurs imposés par les États-Unis étaient contraires aux accords internationaux. «Nous allons maintenir la pression, autant au Canada qu’auprès des États-Unis pour demander la levée des droits compensateurs. Des élections s’annoncent prochainement au Canada et nous insisterons pour que l’enjeu figure en tête des priorités des partis et du prochain gouvernement », fait valoir le directeur québécois des Métallos, Dominic Lemieux, qui est entré en fonction en avril dernier.

Déboutés par l’OMC, les États-Unis ont porté la décision en appel et le résultat du recours est attendu à la fin 2021. À la fin 2017, le gouvernement américain a frappé le bois-d’œuvre canadien de nouveaux droits compensateurs en invoquant les dispositions antidumping. Il s’agit du dernier épisode d’un conflit commercial qui dure depuis des décennies.

Le directeur québécois des Métallos, son adjoint, Donald Noël, ainsi que le coordonnateur régional des Métallos, Benoit Boulet, visiteront au cours de la journée les installations de Barrette-Chapais et de Chantiers Chibougamau, où travaillent plusieurs centaines de Métallos

 

Un régime forestier adapté aux territoires nordiques

Par ailleurs, à l’échelle québécoise, le Syndicat des Métallos plaide en faveur d’une meilleure prise en compte des réalités nordiques dans l’approvisionnement en bois, alors que le gouvernement du Québec a promis un nouveau régime forestier à l’automne. « C’est une industrie névralgique pour la région, plusieurs emplois en dépendent. Le nouveau régime forestier doit tenir compte de la réalité nordique et assurer une meilleure prévisibilité de l’approvisionnement en bois et une meilleure prise en compte des coûts d’exploitations de la fibre plus importants dans les territoires nordiques », souligne Dominic Lemieux.