Un contrat modèle pour les débardeurs au Port de Sept-Îles

Publié : 09/09/2019

Sept-Îles, le lundi 9 septembre 2019 – Les débardeurs au Port de Sept-Îles ont entériné vendredi à 98% un nouveau contrat de travail « très satisfaisant » avec QSL qui pourrait constituer un modèle dans l’industrie.

Les horaires de travail constituaient un des principaux points en litige. Les horaires obligatoires de 14 heures ont été rayés de la convention collective et en cas de charge de travail importante, les débardeurs pourront faire des heures supplémentaires sur une base volontaire.

De plus il y a eu une grande avancée au chapitre de la rotation des pauses. « Nos membres, qui exécutent un travail très physique pourront avoir des pauses raisonnables à chaque deux heures. Ils se font aussi respecter plus globalement dans la fixation des horaires de travail. Je suis très fier de ce premier contrat négocié en tant que section locale autonome. J’aimerais d’ailleurs souligner le travail exemplaire du comité de négociation », explique le président de la section locale 2015 des Métallos, Denis Thériault.

Le contrat prévoit par ailleurs des augmentations salariales annuelles de 2,2 % pendant trois ans, auxquelles s’ajoute une rétroaction équivalant à 5 % des heures travaillées entre mai 2018 et la signature de la convention. De plus, la cotisation de l'employeur au régime de retraite sera bonifiée graduellement, pour atteindre 4,10 $ par heure travaillée à la troisième année du contrat, à condition que le salarié verse de son côté 2,05 $ par heure travaillée. Les montants consentis par l’employeur pour le régime d’assurance collective sont également bonifiés graduellement d’ici 2021.

« Ce contrat va au-delà du mandat que nous avaient donné les membres. Il est exemplaire dans le monde du débardage. Soulignons d’ailleurs la grande solidarité dont ont fait preuve les membres en donnant deux mandats de grève unanimes. Le conciliateur a grandement aidé à rapprocher les parties et l’employeur a pris acte de la détermination des membres en changeant la donne à la table de négociations », fait valoir le représentant syndical des Métallos, Yves-Aimé Boulay.

Il y a également eu des améliorations au chapitre de la reconnaissance du travail syndical. Finalement, un comité de travail conjoint entre l’employeur et le syndicat est mis sur pied pour le déploiement électronique d’un nouveau processus d’appel des 80 débardeurs.

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le syndicat le plus important du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.