Le lockout chez ABI a fait perdre jusqu'ici
- $ à Hydro-Québec
Tous les Québécois paient pour cela.
Le syndicat veut négocier.
Mais le compteur tourne....

Visite chez ABI de syndicalistes de la région de Sorel et de la Montérégie

Le directeur québécois des Métallos présente le nouveau compteur intelligent

Publié : 23/03/2018

Sorel-Bécancour, vendredi 23 mars 2018 –  Une délégation de syndicalistes de la Montérégie et de la région de Sorel se sont donné rendez-vous devant l’usine d’ABI à Bécancour pour soutenir leurs confrères d’ABI en lockout. Le directeur québécois des Métallos était aussi de passage à Bécancour avec eux pour rencontrer les lockoutés qui amorcent la 11e semaine de conflit.

« Il y a une nouvelle sorte de compteur intelligent. Sur notre site Internet, on a mis en ligne un compteur qui montre combien Rio Tinto et Alcoa font payer aux Québécois pour leur lockout. De seconde en seconde, on peut suivre le manque à gagner pour Hydro-Québec, parce que l’aluminerie de Bécancour n’est pas tenue de payer pour le bloc d’énergie qui lui est réservé », a déclaré le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau, qui rendait visite aux lockoutés ce matin.

La section locale 7493, représentant les travailleurs de l’usine des Poudres Métalliques de Rio Tinto à Sorel a annoncé un don récurrent de 200 $ par semaine, tandis que la section locale 8897 des Métallos représentant les syndiqués d’ArcelorMittal à Longueuil a apporté un chèque de 1700 $ et annoncé un don de 700 $ par mois tout au long du conflit. « Nous avons le même employeur, Rio Tinto. C’est important que les patrons de ces multinationales comprennent que les travailleurs se serrent les coudes », fait valoir le président de la section locale 7493, Patrick Sarrasin.

Son collègue de la section locale 8897, François Lévesque, renchérit : « Les multinationales essaient de nous faire subir la même médecine, d’une usine à l’autre. Ils pensent qu’on est trop isolé, trop individualiste, pour contester. Mais c’est sans compter sur la solidarité syndicale. »

Le groupe était aussi composé des sections locales 6586, 8060 et 6951 chez ArcelorMittal à Contrecoeur (usines Est et Ouest) et de la section locale 8964 chez Fonderie Laperle dans la région de Sorel. Ces dernières ont toutes déjà annoncé des contributions récurrentes aux syndiqués en lockout d’ABI. Les métallos de la région soreloise étaient accompagnés de plusieurs syndicalistes de la CSN de la même région.

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le syndicat le plus important du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.